Brigitte Bulard Cordeau

« Le chat nous stupéfait avec sa manière de disparaître.

Introuvable, ce petit futé s’est caché dans les coins

les plus insoupçonnables, de la taille d’un trou de souris

-il se faufile partout tant sa cage thoracique est étroite.

On finit par de demander si le chat, souple et malin,

passerait dans le chas d’une aiguille. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s